bruce-lee-torse-nu-kung-fu

Philosophie de Bruce Lee : les Enseignements Spirituels d’un Maître en Arts Martiaux Chinois

Bruce Lee est une véritable légende. Il fait parti des rares êtres humains ayant réussis à dépasser les clivages culturels, sociaux et raciaux pour incarner un modèle de détermination, de dépassement de soi, de courage dans l’adversité, de connaissance de soi et d’ouverture spirituelle. 

Après avoir grandi à Hong-Kong, Bruce Lee est rapidement devenu une star internationale de cinéma tournant dans des grands films à Hollywood. Lors de son heure de gloire, il côtoyait alors le gratin du cinéma Hollywoodien composé notamment de Steve McQueen, James Coburn et Roman Polanski.  

Bruce Lee est connu internationalement du grand public pour ses films de Kung-Fu. Or parfois on oublie que Bruce Lee était avant toute chose un maître des arts martiaux, un artiste ainsi qu’un être humain engagé dans une voie spirituelle. Nous allons explorer dans cet article la face cachée de Bruce Lee, sa philosophie de vie. 

 La philosophie de Bruce Lee : la face cachée du maître

Bruce Lee est associé généralement au monde du cinéma et des sports de combats chinois. Il est plus souvent perçu comme un gourou des arts martiaux que comme un philosophe. Or après sa mort, l’entourage du maître a découvert des milliers feuilles de papier recouvertes de notes, idées, réflexions philosophiques. Bruce Lee était un grand lecteur. Il disposait d’une bibliothèque immense contenant environ 2500 ouvrages qu’il étudiait régulièrement. 

Bruce Lee se considérait avant d’être acteur de cinéma, comme un artiste martial en quête de vérité. Sa femme, Linda Lee Cadwell expliquait que Bruce Lee avait comme objectif ultime de devenir l’artiste de sa vie. Il souhaitait se libérer du jeu de la société pour avancer sur son chemin d’être humain.

L’enseignement philosophique de Bruce Lee a commencé à l’âge de 13 ans auprès du maître Yip Man. Bruce Lee a découvert alors la pensée traditionnelle chinoise au travers des textes de Bouddha, Confucius et Lao Tseu. C’est à cette époque qu’il est pour la première fois initié aux concept de vacuité, de forces contraires, de douceur. C’est à partir de ces enseignements que Bruce Lee va développer sa philosophie de l’eau qu’il utilise pour parler du Kung Fu. 

Bruce Lee était une personne très curieuse toujours à la recherche de réponses aux questions de l’existence. C’est pour cette raison qu’il décide de s’engager dans des études de philosophie à l’université. Bruce Lee souhaitait pouvoir faire infuser l’esprit de la philosophie dans la pratique des arts martiaux. 

3 enseignements spirituels de Bruce Lee expliqués

 “Utiliser la non voie comme chemin; la non limite comme limite” 

Bruce Lee

Au cours de son développement dans les arts martiaux, Bruce Lee a été confronté à des obstacles. Lors de son combat avec le maître Wong Jack Man, Bruce Lee, bien que sortant victorieux du duel, se sent en difficulté dans sa pratique du Wing Chun. Il ressent le besoin de s’extraire des différents styles l’empêchant d’atteindre la vérité dans les arts martiaux. Ainsi il décide de suivre la non voie, c’est à dire qu’il décide de pratiquer le Kung-Fu au delà des formes traditionnelles enseignées depuis toujours.

“Ne crains pas l’échec. Ce n’est pas l’échec mais le manque d’ambition qui est un crime. Avec des objectifs élevés, l’échec peut être glorieux”. 

Bruce Lee

De nombreuses personnes de son entourage s’accordaient à dire que Bruce Lee avait un ego plus élevé que la moyenne. Bruce Lee n’avait pas peur d’afficher sa propre ambition. Toutefois, loin de venir d’une volonté de domination du monde ou d’écraser les autres, cette ambition venait d’un profond appel spirituel : celui de s’accomplir comme être humain. De cette haute aspiration se développait une très haute exigence envers lui-même ainsi qu’une volonté de dépasser constamment ses propres limites. 

“Vide ton esprit. N’aies ni forme, ni contour, comme l’eau. Si tu mets de l’eau dans une tasse, elle se transforme en tasse. Si tu la mets dans une bouilloire, elle se transforme en bouilloire. L’eau peut couler, peut être entravée, goutter ou se répandre. Soi l’eau mon ami”. 

Bruce Lee

Bruce Lee utilisait souvent la métaphore de l’eau pour décrire l’essence du Kung-Fu. L’être humain devrait ainsi pouvoir se mouvoir dans la vie de la même façon que dans l’eau, avec facilité, légèreté et liberté. 

Les 10 points fondamentaux de la philosophie de Bruce Lee 

  • Oeuvrer pour l’harmonie de l’humanité. Bruce Lee a du tout au long de sa vie se battre contre le racisme. Lorsqu’il était enfant à Hong-Kong, les chinois étaient traités par les britanniques comme des citoyens de seconde zone. Les lois mises en place par l’Empire britannique avantageaient les anglais. Ayant beaucoup souffert de discrimination, Bruce Lee a décidé à son arrivé aux Etats-Unis de faire tomber les barrières culturelles. Il souhaitait enseigner les arts martiaux à quiconque souhaitant apprendre, peu importe sa couleur de peau. Il pensait que l’apprentissage du Kung-Fu était un vecteur d’harmonie entre les individus les poussant à s’intéresser à la culture orientale puis aux restes des cultures de l’humanité. Ainsi une partie de son enseignement consistait à faire comprendre que les hommes appartenaient à une seule et même famille universelle. 
  • Travailler sa capacité d’adaptation à toutes les situations. Bruce Lee explique la nécessité d’être à la fois “doux, mais pas docile. Ferme mais pas rigide”. Dans la pratique du Kung-Fu, l’esprit doit se comporter comme un miroir prenant la réalité telle qu’elle est sans la rejeter. 
  • Etre honnête avec soi-même. Un art martial se définit comme un mode d’expression authentique de soi-même. Pour tout artiste martial, il est très facile de faire une démonstration impressionnante mettant en avant la virtuosité, en se laissant entraîner par une envie de montrer sa supériorité. Or lorsque l’on tombe dans cet accueil de la pratique, on perd l’occasion de s’exprimer réellement par soi-même. Ainsi la pratique se veut être une expression honnête de soi-même, sans artifices, sans mensonges. Ce principe est également valable dans la vie bien qu’il soit parfois parfois difficile à atteindre. Il s’agit de chercher une forme d’expression authentique, en restant loyale à soi-même. 
  • Faire preuve d’auto-critique. Dans les arts martiaux de même que dans tous les arts, l’artiste doit être en mesure de s’auto évaluer pour avancer. Bruce Lee considérait que l’auto-évaluation était le moyen pour tout être humain d’accéder à sa propre vérité. Ainsi dans sa pratique Bruce Lee écrivait souvent des notes ou petites phrases dans le but de progresser. Il avait également pour habitude de se soumettre de façon régulière à un auto-évaluation dans un but de constamment de s’améliorer. Il considérait que le devoir de tout être humain était le développement honnête et sincère de son propre potentiel.
  • Être libre de remettre en cause les dogmes établis. Lorsque Bruce Lee est arrivé aux Etats-Unis, il n’a pas hésité à remettre en question les arts martiaux classiques tels qu’ils étaient enseignés. Anti-conformiste, Bruce Lee était capable de défendre ses convictions au delà des dogmes établis. Au lieu de suivre aveuglément les consignes de l’instructeur, il est utile parfois de sortir des sentiers battus afin d’exprimer sa propre singularité. 
  • La vérité ne réside pas dans un groupe ou un système. Selon Bruce Lee il n’existe pas de vérité définitive, résidant dans un système, un groupe, un style ou une méthode. La véritable liberté d’expression dans l’art provient lorsqu’on dépasse les modèles avec lesquels on a grandi. 
  • Le dépassement des limites. Bruce Lee a au cours de son parcours du surmonter de nombreux obstacles. Peu de gens savent qu’il était myope et qu’il avait une jambe plus courte que l’autre. Il a du s’accepter tel qu’il était pour avancer dans sa pratique. Chaque difficulté qu’il a rencontré a était pour Bruce Lee un moyen de se dépasser et de donner le meilleur de lui-même. 
  • Apprendre à croire en soi-même et suivre son intuition. Bruce Lee était très porté par les livres de motivation. Il aimait écrire sur le papier ses projets futurs ainsi que les moyens de les mettre en oeuvre. Il croyait en lui-même. 
  • Mettre en application ses connaissances. L’apprentissage est un processus continu qui nécessite des applications concrètes dans le quotidien. Apprendre de nouvelles choses impliquent de passer à l’action. C’est ce processus qui est développé dans l’apprentissage du Jeet Kun Do (JKD). L’apprentissage implique de se libérer de ses préjugés, et de ses préconceptions sur soi et le monde. La connaissance s’approche en ayant un esprit ouvert et tournée vers l’action. 
  • Etre intègre. Le bonheur se construit sur le long terme en apprenant à être consistant à la fois avec soi-même et avec les autres. Afin d’avoir une vie épanouie, il est important d’être aligné. Pour cela, veiller à accorder vos pensées, vos paroles et vos actes avec vous-même, avec vos propres valeurs.

Le Jeet Kun-Do : la philosophie en action 

L’invention du Jeet Kun-Do est le résultat du cheminement spirituel de Bruce Lee. Il est le fruit d’une émancipation des différents styles appris au fil du temps. 

Au fil de son parcours et son apprentissage auprès de Yip Man, Bruce Lee prend conscience qu’il ne peut tout apprendre de la part de son maître. Il a commencé à apprendre d’autres styles d’arts martiaux auprès de pratiquants et enseignants. 

A son arrivé aux Etats-Unis il souhaite se libérer des différents arts martiaux qu’il a pu pratiqué au cours du temps. 

Au environs de l’année 1967 Bruce Lee crée le Jeet Kun Do, signifiant “Voie du poing qui intercepte”. Le JKD selon Bruce Lee n’est ni un art martial ni un sport de combat mais une “voie de libération”. Sa pratique est influencée par le Wing Chun, la boxe, l’escrime, le judo, certaines techniques de Kung-Fu ainsi que d’autres plus spécifiques.  

Finalement la création du JKD par Bruce Lee est une forme d’accomplissement dans son cheminement spirituel. Lui qui souhaitait pouvoir s’exprimer librement au travers de son art a fini par créer lui même son propre art martial. 

Le JKD est l’incarnation de la philosophie de Bruce Lee : une pensée tournée vers l’action. 

Célèbre Statue de Bruce Lee à Hong-Kong

Conclusion 

Bruce Lee était un personnage hors norme. La pratique des arts martiaux était une façon pour lui de trouver la liberté dans l’expression de sa singularité. Son amour pour les arts martiaux l’a poussé à vouloir transmettre cet héritage au travers du cinéma ainsi que par l’enseignement. Bruce Lee a fini par incarner sa propre philosophie en créant son propre style : le Jeet Kun Do. 

Sources : Bruce Lee, L’Homme derrière la légende, Marcos Ocana Rizo, Européenne de Magazine, 2004.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *